EN VEDETTE
Corruption
Gouvernance

Voilà qui pollue le climat des affaires au Burundi au vu et au su du chef de l'Etat, Evariste Ndayishimiye. Il avait pourtant promis de mettre de l'ordre dans tous les secteurs de la vie économique. Il avait aussi eu le culot de faire révoquer Spès-Caritas Njebarikanuye (2021), de son poste de Premier vice-présidente du sénat pour violation du prix officiel dans la vente de sucre. Une amende de 2 millions de francs burundais lui a été également infligée à l'époque. Depuis lors, on ne sait pas qui a tapé sur les doigts du général président.

Retour en haut