EN VEDETTE
Droits humains
Gouvernance

« Les services nationaux de renseignement, la police et les membres de la jeunesse du parti au pouvoir au Burundi ont tué, détenu arbitrairement, torturé et harcelé des personnes soupçonnées d'appartenir à des partis d'opposition ou de travailler avec des groupes d'opposition armés », a déclaré Human Rights Watch.Entre octobre 2021 et avril 2022, Human Rights Watch affirme avoir interrogé plus de 30 personnes, dont des victimes et des témoins de violations, des membres des familles, des représentants des partis d'opposition et des défenseurs des droits humains burundais.

Retour en haut